Un questionnaire pour écrivain de fiction

ecrivains-fiction

Aujourd’hui, en toute détente, j’ai envie de reprendre – et par là même de vous proposer – le questionnaire de Béatrice Aubeterre destiné aux écrivains de fiction !

Je dois sa découverte à la redoutable Ji Aʃka (redoutable lorsqu’il s’agit de trouver des liens plus ou moins utile sur l’écriture !), mais vous pouvez découvrir l’article original de Béatrice juste ici.

À présent, je m’en va y répondre ~

 

1ère partie : vos histoires :

  • La première que vous ayez entreprise : Alors… C’est là que c’est dur d’avoir commencé à écrire à 5/6 ans ! C’était l’histoire d’un village de canards, et c’était l’histoire d’un loup qui se déguisait en canard et qui vivait parmi eux en attendant le moment idéal pour tous les bouffer. Ça n’avait pas de titre, dieu merci !
  • La première que vous avez terminée (ou la plus avancée) : On ne va pas compter les projets de jeunesse que j’ai perdu si ? Si ? Merde. Donc c’était un tout petit roman qui s’appelait Corrida, et c’était l’histoire d’un cheval et d’un taureau : comment ils étaient élevés jusqu’au jour où ils mourraient ensemble sur le sable de l’arène. Ça fait badass un peu, dit comme ça, mais j’avais 8 ans. Sinon, ma première base solide et aboutie, c’est Freakshow, le requiem, une road-novella fantastique avec une bande de punks paumés et un corbeau maléfique wesh. J’avais 17/18 ans. Vous pouvez en trouver quelques restes sur Wattpad.
  • Celle sur laquelle vous travaillez actuellement : Oh, la grande surprise : Le Chœur des Oiseaux. Je n’en dis pas plus ici, j’en parle bien assez comme ça !
  • Celle que vous écrirez un jour : L’enfant Roi, que je compte écrire entre la rédaction des deux Tableaux des Oiseaux. Il s’agirait d’un roman très fragmenté à propos d’une romance pédérastique entre un trentenaire helléniste bobo-hipster névrosé et un lycéen beau comme un cœur, trop curieux et tyrannique dans ses désirs.
  • Celle que vous avez abandonnée : Plein. Mais pour n’en citer qu’une, j’avais un projet de recueil de nouvelle qui s’appelait Les milles et un destins d’Anton Noman qui racontait les vies antérieures d’un acteur de théâtre prostitué. Le projet est abandonné, mais j’ai gardé le perso que je trouvais fendard et on peut maintenant le croiser dans Le Chœur des Oiseaux (oui, je recycle mes personnages).
  • Celle que vous reprendrez un jour : L’histoire sans titre ni intrigue autour d’un flic séropo ancien punk (oui, j’aime bien les punks). J’adore ce personnage, et il faudra bien en faire quelque chose !
  • Celle qui vous a pris le plus de temps à écrire : Le Chœur des Oiseaux SANS AUCUN DOUTE.
  • Celle qui vous a pris le moins de temps à écrire : Freakshow, le requiem : trente-trois pages en trois jours montre en main enfermée dans une ferme dans le Doubs pour tenir une deadline. Intense.
  • Celle dont vous avez le plus honte : Une sombre histoire avec des chevaux qui parlent et qui devaient sauver le monde grâce à des pierres magiques quand j’étais en 5ème. Je vous épargnerai le titre ~
  • Celle dont vous êtes le/la plus fier/fière : Hum. Freakshow, parce qu’elle a marqué un tournant important dans mon écriture dont je suis fière. Les Oiseaux parce que c’est mon fardeau et mon obsession. Et L’enfant Roi parce que ses personnages m’attendent et qu’elle est un avenir moins lourd.

 

2ème partie : vos personnages :

  • Celui que vous aimez le plus : Difficile de choisir parce que je fonctionne par phase. Cela dit, ça se joue sans doute entre Andrea du Choeur des Oiseaux et David de L’enfant Roi. Andrea c’est mon double dans le roman, et c’est une relation très intense, il est là pour porter quelque chose de moi jusqu’à une prochaine étape. Il est une clef. David c’est une bouffée d’air, c’est mon allumeur de réverbères, le seul qui sache aimer vraiment et espérer toujours. C’est drôle parce que ces deux personnages sont assez radicalement opposés tout en ayant une sensibilité assez proche mais s’exprimant très différemment, et ils ne pourraient sans doute pas se supporter s’ils venaient à se croiser !
  • Celui que vous aimez détester : Caleb. Aller vieux, sans rancune, tu sais que je t’adore ~  (oui, écrire un article sur Caleb devient urgent)
  • Celui que vous écrivez le plus facilement : Andrea et David. Chacun à leur façon.
  • Celui qui vous donne le plus de fil à retordre : Clémente, dans les Oiseaux, c’est une gamine gâtée capricieuse qui se mystifie beaucoup et qui m’évite comme la peste. Et Misha aussi, dans L’Enfant Roi, parce qu’il estime qu’un auteur n’a pas à venir mettre son nez dans ses relations amoureuses (je crois qu’il n’a pas compris qu’il était un personnage de roman).
  • Votre meilleur héros/protagoniste : Je dirais Maïssa, qui apparaît dans le Second Tableau des Oiseaux. Elle c’est celle qui fait preuve du plus de bravoure, de droiture, de détermination et de noblesse. C’est une reine.
  • Votre meilleur méchant/antagoniste : Je n’en ai pas. Même l’abominable duc de Rèmes, qui ne peut pas entrer dans une pièce sans qu’un orchestre lui joue du Prokofiev, est finalement bien cute sous sa carapace blindée de décorations militaires. Puis ce n’est pas comme si les autres n’étaient pas de fieffés salauds !
  • Votre couple préféré : Hu. Ça dépend, j’aime Léandre et Enora parce qu’ils sont meugnons, David et Misha parce que c’est dévorant mais qu’on ne sait pas qui dévore qui, Andrea et Lénore parce qu’ils s’aiment au vitriol… Soledad et Caleb parce que je n’en voie pas le fond.
  • Votre meilleure histoire d’amour : Très bonne question. Si on parle d’amour romantique, je dirai Léandre et Enora. C’est un couple très atypique a qui il va falloir beaucoup de temps pour trouver et définir l’affection et l’amour qu’ils se portent. Cette progression m’intéresse. Sinon David et Misha, pour la complexité et l’analyse autour de leur histoire.
  • Celui que vous avez tué avec regret : Je ne l’ai pas encore fait, donc… no spoile !
  • Celui que vous avez renoncé à tuer : Aucun ne sera gracié.

 

3ème partie : scènes diverses :

Je ne parlerai que des scènes déjà écrites, donc ça va pas mal tourner autour des Oiseaux et de Léandre.

  • La plus drôle : Pour une scène déjà écrite dans les Oiseaux donc, celle où Léandre balance une des chaussures de son frère par la fenêtre d’un train en marche. Ce qui lui a donné le droit à son premier coup de canne de l’histoire, et c’était un grand moment de marrade à écrire !
  • La plus triste : La veillée funèbre de Clémente. C’est une scène qui a surgi d’elle même en plein NaNo, et qui faisait très directement écho à de bien réelles obsèques.
  • La plus épique : L’accouchement de Soledad dans le prologue des Oiseaux compte ?
  • La plus difficile à écrire : L’accouchement de Soledad dans le prologue des Oiseaux compte ??
  • La plus facile à écrire : Lorsque Léandre enfant découvre un passage secret dans le manoir. Tout est venu tout seul, et avec beaucoup d’émotion. Et je garde un excellent souvenir de son écriture, même si j’ai chialé comme une madeleine.
  • Votre meilleure scène d’action : Je n’en suis pas encore arrivée aux scènes d’action,  mais je suppose que la capture de Caleb à Faras sera badass.
  • Votre meilleure scène d’amour : Je n’en suis pas encore là non plus. Enfin j’aurais pu, mais Léandre a décidé que non : nous n’étions pas encore assez proches pour qu’il me laisse décrire sa nuit de noce ~
  • Votre meilleure description : Celle de l’oncle Césaire je crois. Un évêque d’une intransigeance diabolique qui pue de la gueule (oui, j’ai des personnages sexy).
  • Votre meilleur dialogue : L’échange de piques sarcastiques et orientées entre Andrea et Enora à propos de Lénore et de ses chiens.
  • Votre meilleure introspection : Lorsque Léandre se retrouve à passer une semaine dans un monastère. C’est le moment d’une confrontation très violente pour lui, où il se sent disparaître de sa propre identité et où il se sent jugé et se juge lui-même.

 

J’espère que ce questionnaire aura été l’occasion pour vous d’en apprendre un peu plus sur mon passif d’écrivain de fiction et, tout comme Béatrice, je vous invite à y répondre pour vous, en vous accordant un petit moment de nostalgie et de chouchoutage de votre égo !

 

Crédit image à la une : Mayus Culas de softmeanie.deviantart.com
Publicités

6 commentaires sur “Un questionnaire pour écrivain de fiction

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :